18 oct. 2015

Regards sur le sommeil
La nuit porte conseil

Pascal Gautrand
Regards sur le sommeil<br/>La nuit porte conseil

RENCONTRE

REGARDS SUR LE SOMMEIL
LA NUIT PORTE CONSEIL

Lundi 19 octobre 2015
de 18h à 21h

en présence des auteurs

Made in Town
58 rue du Vertbois
75003 Paris

Traitant le plus souvent de travail, Made in town s’offre un repos bien mérité avec l’accueil des deux historiennes de l’art, Véronique Dalmasso et Stéphanie Jamet-Chavigny, auteurs de cet ouvrage, paru aux éditions Le Manuscrit. Comme le précise le préambule, « regarder, c’est ouvrir les yeux, tandis que le sommeil les clôt ». Dormir n’est pourtant pas toujours la meilleure manière d’être improductif.

Autour d’une sélection de seize œuvres d’artistes qui, de la Renaissance à nos jours, représentent ou mettent en scène le sommeil, cette analyse à quatre mains nous tient en éveil. L’attention aiguë à la diversité des dormeurs, dormeuses, leurs positions, leurs situations, leur isolement même, permet de saisir la multiplicité et cependant les correspondances entre ces sommeils.

Au détour de ses pages, Regards sur le sommeil nous ouvre notamment les yeux sur le rôle actif de ce temps de repos, perçu non pas seulement comme un moment de vacuité ou d’inactivité, mais également comme une parenthèse productive, créatrice et révélatrice d’activité.

Apollon endormi, Lorenzo Lotto, 1530 ou 1545 ?, huile sur toile, 44 x 74 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts

Apollon endormi de Lorenzo Lotto est l’occasion pour les deux historiennes de l’art de revenir sur la notion de vacatio animae telle qu’elle fut introduite par le philosophe italien Marsile Ficin, traducteur de Platon, à la fin du 15ème siècle. Il est donc entendu depuis la Renaissance que cet état de sommeil avancé, mâtiné de mélancolie, permettrait à l’âme de se détacher du corps pour voyager et rendre du même coup le sommeil prolifique et inspirateur.

A propos de Bed Piece – la performance de l’artiste américain Chris Burden qui, du 18 février au 10 mars 1972, occupera non-stop pendant 22 jours un lit installé dans l’espace d’une galerie – les auteurs soulignent : « Le corps néanmoins crée durant la performance par cet état précis de la vacatio. […] L’inactivité physique ou soustraction de l’activité ne signifie toutefois pas l’inactivité cérébrale et mentale en tant que force de production. Burden ne fait rien, ce qui constitue ainsi en soi une action non-productive, notamment contre la société de surproduction, d’autant plus qu’il réalise cette performance dans une galerie. »

Ces propos font écho à la déclaration de l’artiste française Sophie Calle au sujet de sa propre performance dont traite également l’ouvrage : « Je voulais que mon lit soit occupé 24 heures sur 24, comme ces usines où on ne met jamais la clef sous la porte. J’ai donc demandé aux gens de se succéder toutes les 8 heures pendant 8 jours. Je prenais une photographie toutes les heures. Je regardais dormir mes invités […]. »

Les Dormeurs, Sophie Calle, 1979

Selon les auteurs, avec cette performance, « […] Sophie Calle fait de l’inaction inhérente à la nature du sommeil, une action productive. Et dormir devient un travail. Instaurer pour modèle celui des 3 x 8 de l’usine, soit un système de production qui ne s’arrête jamais pour valoriser le temps durant lequel l’homme dort, ne fait rien et se repose, place l’expérience dans un champ critique […] ».

Pour chaque œuvre, une méthode, différents outils d’analyse et de références critiques, qui traduisent la richesse et la variété de l’approche permise à l’historien de l’art. L’ouvrage emprunte aux connaissances historiques, sociales, physiologiques, voire psychanalytiques. Les représentations du sommeil soutiennent par essence cette polysémie et l’ouvrage se conclut sur cette phrase : « Représenter le sommeil serait une façon, à travers le temps, l’histoire, de montrer que l’artiste ne se départ jamais d’un état de vigilance. »

A propos des auteurs :

Véronique Dalmasso, docteure en Histoire de l’art à l’Université de la Sorbonne – Paris IV, enseigne l’Histoire de l’art moderne à l’Université de Picardie-Jules Verne.

Stéphanie Jamet-Chavigny, docteure en Histoire de l’art à l’Université de la Sorbonne – Paris IV, est professeure à l’Institut supérieur des Beaux-Arts de Besançon/Franche-Comté.

> Retour en haut de page

Plus d'articles

Be Linen Tout sur le lin

Be Linen
Tout sur le lin

Vêtements

Un merveilleux documentaire poétique qui suit les péripéties d’un protagoniste séculaire : le lin européen. De la graine au tissu, des champs d’Europe du Nord aux usines de tissage italiennes, le réalisateur français Benoit Millot, graphiste également, suit la pousse, les transformations et les voyages de cette matière noble.

La Face cachée du siège
5 sept. au 18 oct. 2014

La Face cachée du siège

Objets

Cette exposition-dossier sur le mobilier du 18ème siècle entend redonner ses lettres de noblesse à l’artisanat français et illustrer le dialogue des traditions et des savoir-faire. En dehors des murs du château de Versailles – temple des Arts décoratifs du 18ème siècle – ou des galeries des antiquaires, elle propose de mettre en scène un fauteuil du 18ème siècle, prêté par un collectionneur privé, et de le confronter aux techniques qui participent à sa fabrication.

Verrerie La Rochère Paroles de designers

Verrerie La Rochère
Paroles de designers
[Made in Town TV]

Objets

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la Verrerie La Rochère, installée à Passavant-la-Rochère, en Haute-Saône, Made in Town a réalisé une série de six interviews vidéos de designers, français et étrangers, qui ont intégré le savoir-faire de la verrerie dans leurs créations. Chacun à leur manière, ils se sont appropriés le matériau verre.