5 nov. 2015

Missègle
Une porte ouverte
sur l'atelier

Léandra Ricou
Missègle Une porte ouverte sur l'atelier

Une pelote de mohair de chevreau. Crédit photo : Missègle.

Les ateliers Missègle, devenus l’un des fleurons textiles de la région Midi-Pyrénées, entr’ouvrent leurs portes. Myriam Joly, leur fondatrice, partage avec franchise et passion l’histoire de la filière de laine mohair Made in France qu’elle a contribué à établir avec patience et détermination.

L’histoire de Missègle commence en 1983 sur l’autre rive de l’Atlantique, lorsque Myriam Joly, jeune diplômée agricole de l’Ecole d’ingénieurs de Purpan à Toulouse, s’envole pour le Texas – alors, l’un des principaux éleveurs de chèvres avec la Turquie, l’Afrique du Sud et l’Australie – portée par la volonté de mettre en place en France une filière de laine mohair. Là-bas, en terre d’abondance caprine, elle sélectionne une quarantaine de chèvres angora qui repartiront avec elle.

Crédit photo : Missègle

La vente seule de la laine brute ne permettant pas de générer des revenus suffisants à l’échelle de si petites exploitations, Myriam fonde en 1985, accompagnée d’autres éleveurs, la Sica Mohair (société d’intérêt collectif agricole). Fil à fil, la filière de transformation du mohair prend forme. En collaboration avec des industriels locaux, sont ainsi produits des pelotes de laine, des couvertures et autres pièces tissées et tricotées, vendues ensuite en direct par les éleveurs.

Crédit photo : Missègle

C’est un tel succès que Myriam crée la société Missègle en 1994 – du nom du hameau de la commune des Burlats – et se lance dans la vente par correspondance. Son produit phare : les chaussettes en mohair de chevreau. En 2007, elle fera le choix de racheter l’un de ses principaux fournisseurs qui vient de fermer ses portes. La bonneterie William Azéma à Sémalens devient Joly Chaussette, l’atelier de production derrière la marque Missègle, réunis désormais sous le même toit à Burlats.

Crédit photo : Missègle

Depuis, le vestiaire n’a eu de cesse de s’élargir. Aux chaussettes, couvertures et plaids, s’ajoutent bonnets, écharpes, gants, pulls, gilets, collants, leggings et pantoufles, déclinés au féminin et au masculin. L’ensemble est tissé et tricoté à partir de fibres naturelles qui proviennent encore, pour une petite part, du troupeau originel, de France et de voisins européens. Spécialiste du mohair, la marque Missègle propose un large éventail de fibres naturelles – laine mérinos, cachemire, alpaga, duvet de yack, soie, coton peigné longues fibres – qu’elle mélange en exclusivité pour un maximum de confort.

Crédit photo : Missègle

Les entreprises fondées par Myriam Joly sont aujourd’hui les garantes de savoir-faire traditionnels, hérités de l’histoire textile de la région Midi-Pyrénées, à l’image du remaillage manuel qui permet d’éviter des coutures inconfortables sur les chaussettes. Autre tradition régionale, la teinture au pastel, préservée par les établissements Henri Plo, dont le bleu si particulier s’inscrit sur la palette du catalogue Missègle.

Crédit photo : Missègle

Myriam Joly, lauréate en 2012 du Trophée national de l’association Femmes chefs d’entreprises (FCE), peut désormais compter sur l’appui de ses enfants qui ont rejoint l’entreprise familiale en 2013. Le premier applique ses connaissances en stratégie digitale, tandis que le second se concentre sur la valorisation de la marque à l’international. La relève est assurée !

L’atelier ouvre ses portes au public tout au long de l’année les jeudis à 14h30, et en été, les mardis et mercredis à 11h. Marie-Agnès déroule l’histoire de Missègle à travers l’atelier en fonctionnement. La visite se conclut par une vidéo qui illustre chaque étape de la filière, de la matière première aux produits finis.

Missègle participe au projet Made in Town / Montagne Noire présenté du 21 octobre 2015 au 13 février 2016 à Paris chez Made in Town.

www.missegle.com

> Retour en haut de page
Léandra Ricou

Léandra Ricou

Made in Fontenay-aux-Roses. Rédactrice et attachée de presse freelance, elle met son écriture au service de la mode et de ceux qui la font, designers, artisans et industriels. Elle écrit régulièrement pour les magazines en ligne des salons Maison d’Exceptions et Made in France Première Vision, entre autres. Elle est diplômée de l’Institut de management et de communication interculturels, anciennement l'Institut supérieur d'interprétation et de traduction, et de l’Institut français de la mode.

Plus d'articles

Johan Brunel Designer et producteur

Johan Brunel
Designer et producteur

Objets

Johan brunel a conçu, avec Samuel Misslen, la scénographie de l'espace Made in Town à Paris. Sélectionné par un jury international, il fait partie de la promotion 2015-2016 des pensionnaires de la Villa Médicis. A cette occasion, Made in Town a souhaité en savoir plus sur son approche particulière de l’activité de designer.

When in Rome, Do as Romans Do
31 janv. au 23 févr. 2013

When in Rome,
Do as Romans Do

Vêtements

Dans le cadre de l’ouverture de son atelier, Made in Town propose, pour la première fois à Paris, l’exposition When in Rome, Do as Romans Do. Ce projet, initialement développé en 2009 par le designer de mode Pascal Gautrand, à l’occasion d’une résidence à la Villa Médicis, prend pour prétexte la chemise d’homme pour montrer la richesse de l’artisanat et la multiplicité de la fabrication locale incarnées par les tailleurs de vêtements sur mesure.

Aubusson La Cité de la tapisserie

Aubusson
La Cité de la tapisserie
[Made in Town TV]

Arts

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la tapisserie d’Aubusson, chef-lieu du département de la Creuse, Made in Town a réalisé une série de trois vidéos-documentaires, à la demande de la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé, en partenariat avec l’Institut français de la mode et avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.