24 déc. 2015

Le Passe-Trame
La laine en fil conducteur

Jean-Philippe Trapp
Le Passe-Trame La laine en fil conducteur

Crédit photo : Le Passe-Trame

Eric Carlier, ancien étudiant en droit dont la formation ne le prédestinait vraisemblablement pas au métier de tisserand, a fondé l’atelier le Passe-trame en 1990 à Payrin-Augmontel, à quelques kilomètres de Mazamet.

Fort de son implantation dans une région marquée à la fin du 19ème siècle par l’essor du commerce de laine de mouton – lié à la spécialisation locale dans l’activité de délainage – l’atelier Le Passe-Trame a dans un premier temps répondu aux besoins des éleveurs locaux de chèvres angora. Ces derniers ont été parmi les pionniers de l’introduction de la chèvre angora en France, il y a une trentaine d’années. Ainsi, les premières commandes provenaient essentiellement de deux coopératives d’éleveurs qui souhaitaient transformer cette laine en produits tissés.

Eric Carlier au travail. Crédit photo : Le Passe-Trame.

Le départ à la retraite d’un ami tisserand a ensuite poussé Eric Carlier à faire l’acquisition de métiers à tisser industriels, qui ont la particularité d’être très larges et de pouvoir produire des tissus muraux en double laize. L’atelier Le Passe-Trame a alors commencé à développer un marché important dans l’ameublement et à le fournir en tissus en laine de mouton, sous forme de draps de laine et de plaids utilisés notamment pour confectionner des rideaux et des revêtements de sièges.

Si les métiers à tisser ont des origines purement industrielles, la production s’effectue quant à elle en grande partie à l’échelle artisanale, ce qui assure une grande flexibilité dans la prise de commandes. Selon les besoins des clients, elle peut ainsi atteindre 3000 mètres de tissu ou se limiter à 50 mètres.

Crédit photo : Le Passe-Trame

Outre le travail de la laine de mouton et de mohair qui est devenu sa spécialité en tant que fournisseur, l’entreprise produit également sa propre gamme d’écharpes, d’étoles et de plaids à partir de matières telles que le mohair, le chanvre, le lin et le coton. Elle s’appuie pour cela sur un réseau de sous-traitants qui interviennent à toutes les étapes de production de la lière laine. Ensemble, ils font partie de l’association Atelier Laines d’Europe, qui s’efforce de revaloriser l’élevage de moutons, ainsi que la production, la transformation et l’utilisation de la laine.

Le Passe-Trame participe au projet Made in Town / Montagne Noire présenté du 21 octobre 2015 au 13 février 2016 à Paris chez Made in Town.

> Retour en haut de page
Jean-Philippe Trapp

Jean-Philippe Trapp

Made in Metz. Diplômé de l’Institut de commerce de Nancy, où il a suivi une formation pluridisciplinaire en management centrée sur l’industrie du luxe, il amorce dans son mémoire de fin d’études une réflexion sur le rôle joué par l’artisanat dans ce secteur et les possibilités qu’offre ce dernier pour imaginer de nouveaux modèles de production. Il découvre toute la richesse du patrimoine français au cours d’une mission à l’Institut national des métiers d’art et souhaite à présent valoriser auprès du public les savoir-faire locaux – originaires d’Europe ou du monde entier – ainsi que les pratiques culturelles qui en découlent, au travers de projets variés, principalement dans les domaines de la mode, du design et de l’art.

Plus d'articles

Manipulations Andreas Trobollowitsch
7 au 11 oct. 2015

Manipulations
Andreas Trobollowitsch

Arts

L’artiste viennois Andreas Trobollowitsch détourne ou bricole lui-même des outils ou des instruments qu’il utilise dans ses installations et lors de performances sonores. Dans son travail, les outils s’élèvent au rang d’instruments et leur fabrication devient un geste artistique, au même titre que leur utilisation. L’œuvre d’Andreas Trobollowitsch explore le mince intervalle et toute l’ambiguïté qui existent entre les notions d’outil, d’instrument et d’interprète.

Régis Protière Designer et architecte d'intérieur

Régis Protière
Designer et architecte d'intérieur
[Made in Town TV]

Objets

Face à la caméra, le designer et architecte d’intérieur français Régis Protière, explique son rapport à la matière et à la technique – à toutes les techniques – qu’il met au service de l’air du temps, cet éphémère auquel il tient tant. Rencontre entre savoir-faire et création.