7 mars 2017

Processus
Un vent de fraîcheur
venu du littoral

Mathilde Clément
Processus

Après un BTS design de mode et un DMA textile avec option broderie à Paris, Gabrielle Legall, originaire du Finistère, quitte la capitale pour s’installer à Nantes et lance en 2016 sa marque Processus : des collections de prêt-à-porter minimales qui se composent de petites séries de pièces en toile de parachute et de parapente recyclée, à l’esprit streetwear et au style élégant.

« Chacune des toiles sélectionnées a survolé un territoire de l'Ouest de la France (...) C'est la combinaison de ces toiles et de leur parcours qui confèrent une authenticité propre à chaque modèle. Quand je les reçois, je les nettoie et je ne conserve que les beaux morceaux, mais j'aime aussi quand la toile est marquée d'un indice indélébile qui témoigne de l’un de ses vols. »

Gabrielle se sent très jeune attirée par le stylisme et souhaite en faire son métier. Les projets qu’elle mène lors de ses différents cursus, ainsi qu’une première expérience d’un peu plus de deux ans en tant que styliste au sein de la Maison Irié à Paris, la confortent dans son parcours et ses aspirations. « La vie de la rue est toujours le principal fondement de mes projets. J'aime son caractère populaire, spontané, ses codes… Le vêtement en est le témoin principal (...) de ce fait, je suis sensible à l'économie de moyens et aux démarches d'upcycling. Je fais en sorte que mes pièces conservent une forme d'accessibilité, une dimension humaine. »

Crédits photos : Processus

Après avoir récupéré des toiles auprès de clubs ou autres écoles de parachute et de parapente de la région, Gabrielle réalise elle-même le patronage et monte ses modèles les plus simples. Pour les modèles plus complexes, elle a choisi de travailler avec l'atelier Des Femmes en Fil, un atelier de confection textile éthique et solidaire de femmes en réinsertion, basé à Nantes. « Le parachute est une matière synthétique extrêmement fluide et légère dont l'aspect est proche de celui de la soie mais qui présente l'avantage d'être presque inusable, très facile d'entretien, et dont les couleurs ne s’altèrent pas. Le parapente, quant à lui, est tout aussi fin et résistant mais il est plus approprié à des modèles coupe-vent. Déperlant, il s'apparente davantage au papier et il est d'ailleurs subtilement quadrillé. »

« Je pense que ce qui surprend, c’est le détournement et la ré-appropriation de la matière : il faut oser s'habiller avec de telles toiles... À la manière d'un collage, les à-plats de couleurs s'associent, rythmés par le réseau de coutures existantes de la toile. Les fragments colorés s'organisent pour faire naître des volumes basiques et géométriques qui confèrent aux blousons et aux tuniques un aspect très actuel. Les motifs sérigraphiés à la main apportent une subtilité décalée face à la matière brute et technique de la toile d'un parachute ou d’un parapente. »

Crédits photos : Processus - Gabrielle utilise la technique de sérigraphie pour imprimer son logo sur la plupart des pièces.

https://www.facebook.com/Collectionprocessus/

https://www.instagram.com/collectionprocessus/

> Retour en haut de page
Mathilde Clément

Mathilde Clément

Made in Clamart. Passionnée par l’histoire des arts, Mathilde s’épanouit au contact des milieux créatifs avec une affinité toute particulière pour les univers de la conception textile et du design. Elle met sa plume au service de la valorisation des gestes et des matériaux afin de mettre en lumière auprès du grand public le sens et les pratiques d’artisans et de créateurs de tout horizon.

Plus d'articles

L'Usine Kugler à Genève La jonction de l'art et de l'industrie

L'Usine Kugler à Genève
La jonction de l'art et de l'industrie

Objets

A la pointe ouest de la ville de Genève, la rencontre du Rhône et de l’Arve forme un triangle de terre qui définie « La Jonction ». C’est dans ce quartier excentré, qui marque la frontière entre la ville et la nature, que s’élève l’Usine Kugler, un ancien complexe industriel couronné d’une cheminée de briques rouges, jadis dévolu à l’activité de fonderie. Propriété de l’Etat de Genève depuis 1996, cette ancienne robinetterie qui abrite aujourd’hui les ateliers de nombreux artistes et designers est devenue un espace associatif, lieu de convergences artistiques et créatives.

When in Rome, Do as Romans Do
31 janv. au 23 févr. 2013

When in Rome,
Do as Romans Do

Vêtements

Dans le cadre de l’ouverture de son atelier, Made in Town propose, pour la première fois à Paris, l’exposition When in Rome, Do as Romans Do. Ce projet, initialement développé en 2009 par le designer de mode Pascal Gautrand, à l’occasion d’une résidence à la Villa Médicis, prend pour prétexte la chemise d’homme pour montrer la richesse de l’artisanat et la multiplicité de la fabrication locale incarnées par les tailleurs de vêtements sur mesure.

Régis Protière Designer et architecte d'intérieur

Régis Protière
Designer et architecte d'intérieur
[Made in Town TV]

Objets

Face à la caméra, le designer et architecte d’intérieur français Régis Protière, explique son rapport à la matière et à la technique – à toutes les techniques – qu’il met au service de l’air du temps, cet éphémère auquel il tient tant. Rencontre entre savoir-faire et création.