18 sept. 2013

e.g.m.
La machine à dessiner

Maxime Desmet
e.g.m. La machine à dessiner

La machine à dessiner

Le collectif e.g.m. tire son nom des initiales de ses fondateurs : Elsa, Grichka et Martin, trois graphistes diplômés des Arts décoratifs de Paris. Dans le cadre du cycle Auto-productions, ils s’appuient sur l’expérimentation de leur machine à dessiner pour présenter leur démarche. Associés à Label XVI, qui élabore des objets uniques à partir d’une production en série, e.g.m. réalisera à l’aide de marqueurs indélébiles – et in situ – une série de dessins sur des foulards en soie et en coton.

« La machine est un instrument qui s’inscrit dans une recherche en design graphique : la pensée qui a engendré sa conception est proche de l’esprit du hacking. À une époque où la technologie aplatit les savoir-faire, construire son propre outil est un moyen de s’approprier les pratiques et d’acquérir une forme d’autonomie dans la production. »
– e.g.m.

Pilotée par ordinateur à partir d’un motif programmé, et initialement conçue comme projet de recherche, la machine à dessiner est un instrument à produire des dessins. L’utilisation d’un marqueur favorise la diffusion irrégulière de l’encre bleue de méthylène au cœur des fibres et accentue le caractère aléatoire des motifs. Tout comme si elle était réalisée à la main, chaque nouvelle répétition du dessin présente des différences dans son exécution et exprime ainsi sa propre unicité.

Cette machine est donc un outil d’expérimentation, tant pour faire évoluer le cadre d’intervention du designer (en mixant numérique et manuel), que pour tester de nouveaux contextes de production.

En 2013, les foulards en soie imprimés par e.g.m., édités par Label XVI et roulottés à la main par Genète font partie de l'inventaire d'hiver présenté chez Made in Town.

www.e-g-m.net

> Retour en haut de page
Maxime Desmet

Maxime Desmet

Made in Strasbourg. Diplômé en science de la communication et en management par l’Institut français de la mode, il développe une expertise en communication digitale dans la mode qu’il a mis au service de maisons telles que Dior, Valentino ou Nina Ricci. Passionné de mode masculine, il édite depuis 2009 Sodandy, un magazine en ligne sur le sujet.

Plus d'articles

Crochet de Lunéville Huit brodeuses à l'unisson

Crochet de Lunéville
Huit brodeuses à l'unisson

Vêtements

Lors de la semaine de la mode romaine, Sylvio Giardina et Stato di Famiglia ont présenté, le 1er février 2011, une installation-performance commissionnée par Emanuela Nobile Mino au Palazzo delle Scienze.

MOY Le Japon Made in Troyes
25 févr. au 29 mars 2014

MOY
Le Japon Made in Troyes

Vêtements

Made in Town accueille la première collection de MOY pour la présentation dʼune série de tee-shirts qui s’appuie sur le savoir-faire des ateliers Chanteclair à Troyes qui les ont confectionnés. Imaginés par Yasco Otomo, styliste et designer japonaise installée à Paris depuis plus d’une dizaine d’années, ils revisitent la tradition française de la bonneterie.

Aubusson La Cité de la tapisserie

Aubusson
La Cité de la tapisserie
[Made in Town TV]

Arts

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la tapisserie d’Aubusson, chef-lieu du département de la Creuse, Made in Town a réalisé une série de trois vidéos-documentaires, à la demande de la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé, en partenariat avec l’Institut français de la mode et avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.