18 sept. 2013

e.g.m.
La machine à dessiner

Maxime Desmet
e.g.m. La machine à dessiner

La machine à dessiner

Le collectif e.g.m. tire son nom des initiales de ses fondateurs : Elsa, Grichka et Martin, trois graphistes diplômés des Arts décoratifs de Paris. Dans le cadre du cycle Auto-productions, ils s’appuient sur l’expérimentation de leur machine à dessiner pour présenter leur démarche. Associés à Label XVI, qui élabore des objets uniques à partir d’une production en série, e.g.m. réalisera à l’aide de marqueurs indélébiles – et in situ – une série de dessins sur des foulards en soie et en coton.

« La machine est un instrument qui s’inscrit dans une recherche en design graphique : la pensée qui a engendré sa conception est proche de l’esprit du hacking. À une époque où la technologie aplatit les savoir-faire, construire son propre outil est un moyen de s’approprier les pratiques et d’acquérir une forme d’autonomie dans la production. »
– e.g.m.

Pilotée par ordinateur à partir d’un motif programmé, et initialement conçue comme projet de recherche, la machine à dessiner est un instrument à produire des dessins. L’utilisation d’un marqueur favorise la diffusion irrégulière de l’encre bleue de méthylène au cœur des fibres et accentue le caractère aléatoire des motifs. Tout comme si elle était réalisée à la main, chaque nouvelle répétition du dessin présente des différences dans son exécution et exprime ainsi sa propre unicité.

Cette machine est donc un outil d’expérimentation, tant pour faire évoluer le cadre d’intervention du designer (en mixant numérique et manuel), que pour tester de nouveaux contextes de production.

En 2013, les foulards en soie imprimés par e.g.m., édités par Label XVI et roulottés à la main par Genète font partie de l'inventaire d'hiver présenté chez Made in Town.

www.e-g-m.net

> Retour en haut de page
Maxime Desmet

Maxime Desmet

Made in Strasbourg. Diplômé en science de la communication et en management par l’Institut français de la mode, il développe une expertise en communication digitale dans la mode qu’il a mis au service de maisons telles que Dior, Valentino ou Nina Ricci. Passionné de mode masculine, il édite depuis 2009 Sodandy, un magazine en ligne sur le sujet.

Plus d'articles

Tricolor : un parcours au cœur des filières lainières françaises

Tricolor
un parcours au cœur des
filières lainières françaises

Vêtements

De la tonte des moutons jusqu'au tissage et tricotage des fils, en passant par les opérations de tri et lavage des toisons et de filature, le projet Tricolor encourage la renaissance des filières lainières françaises. Première Vision, en partenariat avec Made in Town, met une gamme de textiles éco-responsables à la disposition de marques et designers qui souhaitent explorer les multiples possibilités de cette matière produite localement en France et issue de circuits courts.

Otherways, ce que trament les chaînes de l'Himalaya
du 5 sept. au 28 oct. 2017

Otherways
ce que trament
les chaînes de l'Himalaya

Objets

Delphine Randet a séjourné à plusieurs reprises depuis plus de 5 ans à Katmandou. Elle crée en 2017 la marque Otherways en s’appuyant sur son expérience de 15 ans dans la mode au sein des groupes LVMH et Kering. La première collection d’Otherways est dévoilée en exclusivité à Paris chez Made in Town.

Retours de Résidence | Villa Kujoyama

Retours de Résidence
Villa Kujoyama
[Made in Town TV]

Objets

Ce film a été réalisé pour l'exposition de la Villa Kujoyama en partenariat avec Maison d'Exceptions/ Première Vision Paris 2019 avec la précieuse contribution du musée de la Chasse et de la Nature pour l'accueil du tournage et du programme hors les murs. La Villa Kujoyama est un établissement du réseau de coopération culturelle du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères. Relevant de l'Institut français du Japon, elle bénéficie du soutien de la Fondation Bettencourt Schueller, qui en est le mécène principal, et de l'Institut français.