18 sept. 2013

e.g.m.
La machine à dessiner

Maxime Desmet
e.g.m. La machine à dessiner

La machine à dessiner

Le collectif e.g.m. tire son nom des initiales de ses fondateurs : Elsa, Grichka et Martin, trois graphistes diplômés des Arts décoratifs de Paris. Dans le cadre du cycle Auto-productions, ils s’appuient sur l’expérimentation de leur machine à dessiner pour présenter leur démarche. Associés à Label XVI, qui élabore des objets uniques à partir d’une production en série, e.g.m. réalisera à l’aide de marqueurs indélébiles – et in situ – une série de dessins sur des foulards en soie et en coton.

« La machine est un instrument qui s’inscrit dans une recherche en design graphique : la pensée qui a engendré sa conception est proche de l’esprit du hacking. À une époque où la technologie aplatit les savoir-faire, construire son propre outil est un moyen de s’approprier les pratiques et d’acquérir une forme d’autonomie dans la production. »
– e.g.m.

Pilotée par ordinateur à partir d’un motif programmé, et initialement conçue comme projet de recherche, la machine à dessiner est un instrument à produire des dessins. L’utilisation d’un marqueur favorise la diffusion irrégulière de l’encre bleue de méthylène au cœur des fibres et accentue le caractère aléatoire des motifs. Tout comme si elle était réalisée à la main, chaque nouvelle répétition du dessin présente des différences dans son exécution et exprime ainsi sa propre unicité.

Cette machine est donc un outil d’expérimentation, tant pour faire évoluer le cadre d’intervention du designer (en mixant numérique et manuel), que pour tester de nouveaux contextes de production.

En 2013, les foulards en soie imprimés par e.g.m., édités par Label XVI et roulottés à la main par Genète font partie de l'inventaire d'hiver présenté chez Made in Town.

www.e-g-m.net

> Retour en haut de page
Maxime Desmet

Maxime Desmet

Made in Strasbourg. Diplômé en science de la communication et en management par l’Institut français de la mode, il développe une expertise en communication digitale dans la mode qu’il a mis au service de maisons telles que Dior, Valentino ou Nina Ricci. Passionné de mode masculine, il édite depuis 2009 Sodandy, un magazine en ligne sur le sujet.

Plus d'articles

Dominique Thomas Le tourbillon de la vie

Dominique Thomas
Le tourbillon de la vie

Objets

Pour Dominique Thomas, la pratique de la céramique se nourrit des plaisirs de la vie. La sienne, d’abord, dont elle passe la majeure partie dans l’atelier attenant à la maison familiale, celle de sa famille et de ses proches, installés au cœur de la Montagne noire, celle de la nature environnante, rythmée par les saisons, qui inspire ses créations, la longue vie de ceux qui l’ont formée ou celle des enfants à qui elle transmet sa passion, et surtout la vie de ses pièces, réalisées avec simplicité et poésie.

Les Rendez-vous du Made in Occitanie
du 6 au 16 oct. 2017

Made in Occitanie
Le paysage de la fabrication contemporaine

Objets

En réponse à une exigence croissante de responsabilité et de transparence des modes de production et de consommation, les Rendez-vous du Made in Occitanie s'adressent au grand public et aux professionnels, et rassemblent marques, entreprises et acteurs du territoire qui se distinguent par leur inventivité, leur savoir-faire et leur engagement dans des filières locales de fabrication.

Vosges Terre Textile La Définition de l'industrie

Vosges Terre Textile
La Définition de l'industrie
[Made in Town TV]

Objets

Pour le lancement de son label, Vosges Terre Textile a fait appel à Made in Town pour réaliser une série de dix vidéos thématiques qui présentent la filière et ses acteurs au travers des notions de territoire, patrimoine, savoir-faire, transmission et innovation. Ces vidéos composent le tableau de l’industrie contemporaine qui inspire un nouveau discours de valorisation des savoir-faire industriels à destination du consommateur final.