10 nov. 2015

Les Toiles
de la Montagne Noire
dévoilent l'industrie

Jean-Philippe Trapp
Les Toiles de la Montagne Noire dévoilent l'industrie

Boutique Les Toiles de la Montagne Noire

Originaire du Gers et passionné depuis son enfance par le textile, Jean-Claude Bordes s’est inspiré de ses nombreux voyages au Pays Basque pour remonter le fil de la création à Labastide-Rouairoux, dans le Tarn, où la tradition locale du tissage l’a conduit à fonder la marque de linge de maison Les Toiles de la Montagne Noire.

Toiles, torchons, nappes et autres serviettes voient le jour au terme d’une véritable aventure, qui commence par le dessin des motifs et l’achat du coton ou du lin. Jean-Claude Bordes prépare le terrain à l’avance pour le tisseur, auquel il explique quel type de fil utiliser, dans quelle longueur et à quelle étape. Une fois les tissus réalisés, il prend lui-même en charge la coupe, puis les fait confectionner dans des ateliers tarnais. Les textiles reviennent une dernière fois pour être repassés, pliés, étiquetés, puis mis en vente dans les boutiques de la marque.

L’entreprise familiale fait uniquement appel à des producteurs et sous-traitants français – les étiquettes sont tissées à Saint-Etienne par exemple – et s’efforce de contribuer autant que possible à l’économie locale. L’épouse de Jean-Claude Bordes, Catherine Depinois, estime que « pour présenter une fabrication française, tarnaise, il faut s’en tenir à ses principes ». Le lin est acheté dans le Nord et seul le coton ne provient pas de France, puisqu’il n’y a pas de production dans l’Hexagone. Ce fonctionnement en réseau permet ainsi à la marque de proposer, dans un délai inférieur à deux jours, des créations sur mesure en boutique.

L’une d’entre elles, à proximité de l’atelier de tissage de Labastide-Rouairoux, se transforme même pendant l’été en boutique-musée et accueille des expositions. La dernière en date avait pour thématique l’impression textile, l’ancien métier de Jean-Claude Bordes. Elle abrite également un authentique métier à tisser qui permet aux visiteurs de comprendre le procédé du tissage qui fait la fierté et la particularité des créations des Toiles de la Montagne Noire.

Les Toiles de la Montagne Noire participe au projet Made in Town / Montagne Noire présenté du 21 octobre 2015 au 13 février 2016 à Paris chez Made in Town.

lestoilesdelamontagnenoire.com

> Retour en haut de page
Jean-Philippe Trapp

Jean-Philippe Trapp

Made in Metz. Diplômé de l’Institut de commerce de Nancy, où il a suivi une formation pluridisciplinaire en management centrée sur l’industrie du luxe, il amorce dans son mémoire de fin d’études une réflexion sur le rôle joué par l’artisanat dans ce secteur et les possibilités qu’offre ce dernier pour imaginer de nouveaux modèles de production. Il découvre toute la richesse du patrimoine français au cours d’une mission à l’Institut national des métiers d’art et souhaite à présent valoriser auprès du public les savoir-faire locaux – originaires d’Europe ou du monde entier – ainsi que les pratiques culturelles qui en découlent, au travers de projets variés, principalement dans les domaines de la mode, du design et de l’art.

Plus d'articles

Alessandro Di Cola Du métal à l’accessoire

Alessandro Di Cola
Du métal à l’accessoire

Objets

Alessandro Di Cola est un artiste italien qui oscille entre design, sculpture et peinture. Né à Rome en 1981, il est diplômé de l’Académie des Beaux Arts et s’attache à produire des pièces uniques de manière artisanale.

La mesure du temps Made in Town, Vol.4
25 nov. 2014 au 17 janv. 2015

La mesure du temps
Made in Town, Vol.4

Vêtements

Pour quelques semaines, Made in Town se transforme en atelier de confection artisanale de pantalons. Placé au centre, en pleine lumière, le plan de travail devient la scène d’un ballet élégant et maîtrisé où les mains font danser les outils et les étoffes au rythme de votre mesure.

Régis Protière Designer et architecte d'intérieur

Régis Protière
Designer et architecte d'intérieur
[Made in Town TV]

Objets

Face à la caméra, le designer et architecte d’intérieur français Régis Protière, explique son rapport à la matière et à la technique – à toutes les techniques – qu’il met au service de l’air du temps, cet éphémère auquel il tient tant. Rencontre entre savoir-faire et création.