8 déc. 2015

Parlons Pierre
La roche a son langage

Léandra Ricou
Parlons Pierre La roche a son langage

Les vestiges de plusieurs époques – au premier plan, une chapelle en partie restaurée, dans le fond, deux arches extraites d’un bâtiment militaire napoléonien

Pour les trois frères – Jean-Christophe, Cyril et Régis Rivals – à la tête de l’atelier Parlons Pierre, fondé par leur père, carrier de métier, le travail de la pierre est devenu un véritable langage. Extraite des entrailles de la terre, façonnée dans la durée, la pierre est un matériau millénaire qui convoque l’imaginaire du temps et de l’histoire.

Marbres et granits, dont la taille et le travail exigent alternativement force et douceur, puissance et finesse, se déclinent en une infinité de variantes, résultats des mouvements de terrain et de l’alchimie géologique.

Panorama sur la Montagne noire

Situé en bord de route, à la sortie du village de Dourgne, l’atelier Parlons Pierre jouit d’une vue imprenable sur la Montagne noire. Le panorama illustre l’histoire régionale de l’exploitation de la pierre. A quelques encablures se dressent les vestiges d’anciennes carrières romaines. A Saint-Amancet, l’une des dernières carrières encore en activité, on n’extrait plus que du sable, du gravier et des blocs d’enrochement. Il faut s’éloigner un peu pour soutirer à la terre de nouveaux trésors. La ligne de gisement qui s’étend de Limoux à Saint-Pons-de-Thomières, au sud de la Montagne noire, offre à son extrémité les nuances orangées inimitables du marbre Fleur de Pêcher.

Cyril Rivals parle pierre

Les trois frères récupèrent également des matériaux anciens afin de leur donner une nouvelle vie. Dans leur parc se côtoient plusieurs époques. « Nous essayons de valoriser d’anciennes pierres taillées à la main au 18ème et 19ème siècles », explique Cyril Rivals, le frère cadet.

Parlons Pierre cisèle sur mesure de multiples ouvrages, qu’il s’agisse de créations pour une clientèle privée ou d’éléments d’architecture destinés à la restauration de monuments historiques. Cyril Rivals prend son temps pour expliquer avec cœur toutes les richesses de son métier. C’est avec le même entrain qu’il partage sa passion auprès de ses clients, des apprentis qu’il forme au sein de l’atelier, ou de ses confrères.

Vue de l'atelier Parlons Pierre

A l’âge de huit ans, il se revoit tailler ses premières auges de pierre. Ce jeu de l’enfance ne l’a jamais quitté. A l’obtention de son CAP Tailleur de pierre, il poursuit sa formation « sur le tas »« Ce qu’il faut, c’est avoir du goût et le sens des proportions. » Si l’atelier est équipé des dernières technologies en matière de coupe assistée par ordinateur, les trois frères conservent le goût du travail manuel.

Les outils du tailleur de pierre présentés à l’entrée de l’atelier

A l’entrée, un panneau mural rassemble une poignée d’outils qui à eux seuls suffisent à construire une cathédrale : le têtu pour dégrossir, la chasse-jorgé pour chasser les arêtes, quelques ciseaux pour graver et ciseler, les fausses équerres pour tracer les angles, etc. Un inventaire à la Prévert au service de la pierre.

Les tailleurs travaillent une dizaine de qualités de roche. À l’exception du dallage entièrement réalisé à la machine, tout le reste est travaillé manuellement. « Le travail à la main n’est pas du tout comparable », souligne Cyril Rivals, avant de conclure : « L’erreur fait la beauté. »

Parlons Pierre participe au projet Made in Town / Montagne Noire présenté du 21 octobre 2015 au 13 février 2016 à Paris chez Made in Town.

parlonspierre.fr

> Retour en haut de page
Léandra Ricou

Léandra Ricou

Made in Fontenay-aux-Roses. Rédactrice et attachée de presse freelance, elle met son écriture au service de la mode et de ceux qui la font, designers, artisans et industriels. Elle écrit régulièrement pour les magazines en ligne des salons Maison d’Exceptions et Made in France Première Vision, entre autres. Elle est diplômée de l’Institut de management et de communication interculturels, anciennement l'Institut supérieur d'interprétation et de traduction, et de l’Institut français de la mode.

Plus d'articles

Vosges Terre Textile

Vosges Terre Textile

Objets

Créé en 2011 par le Syndicat textile de l’Est, sur la base du concept d’ « AOC industrielle », le label Vosges Terre Textile apporte au consommateur la garantie d’une authenticité et d’une qualité issues d’un lien étroit entre territoire, tradition et savoir-faire, dans le respect de normes sociales et environnementales. Les produits porteurs du logo ont subi au minimum 75 % des étapes de fabrication localement.

Otherways, ce que trament les chaînes de l'Himalaya
du 5 sept. au 28 oct. 2017

Otherways
ce que trament
les chaînes de l'Himalaya

Objets

Delphine Randet a séjourné à plusieurs reprises depuis plus de 5 ans à Katmandou. Elle crée en 2017 la marque Otherways en s’appuyant sur son expérience de 15 ans dans la mode au sein des groupes LVMH et Kering. La première collection d’Otherways est dévoilée en exclusivité à Paris chez Made in Town.

Vosges Terre Textile La Définition de l'industrie

Vosges Terre Textile
La Définition de l'industrie
[Made in Town TV]

Objets

Pour le lancement de son label, Vosges Terre Textile a fait appel à Made in Town pour réaliser une série de dix vidéos thématiques qui présentent la filière et ses acteurs au travers des notions de territoire, patrimoine, savoir-faire, transmission et innovation. Ces vidéos composent le tableau de l’industrie contemporaine qui inspire un nouveau discours de valorisation des savoir-faire industriels à destination du consommateur final.