10 déc. 2015

Les Ardoisiers
Une carrière bien tracée

Jean-Philippe Trapp
Les Ardoisiers Une carrière bien tracée

Une table en ardoise massive – autrefois, le village de Dourgne rassemblait 700 ardoisiers. Toute la vallée vivait de l’exploitation des carrières alentour qui fournissaient une ardoise d’une dureté exceptionnelle. Cet imposant bloc, qui fait office de table, fut extrait au début du 20ème siècle.

De la rigueur d’une formation d’expert-comptable à la dureté de l’ardoise, la frontière est fine pour Benoit Delmé, qui a transformé sa passion du matériau en métier durablement ancré dans le territoire de la Montagne noire, à Dourgne.

C’est pourtant dans le département de la Lozère, où le père d’un camarade de classe possède plusieurs carrières, que Benoit Delmé fait pour la première fois la rencontre de cette roche, dont il tombe rapidement sous le charme. Une aventure dans le secteur du bâtiment commence alors pour les deux compères, qui voient finalement leurs chemins se séparer lorsque Benoit Delmé entrevoit pour l’ardoise un potentiel important dans le milieu de la décoration.

Depuis lors, l’atelier Les Ardoisiers s’est spécialisé dans la réalisation sur mesure de cuisines, salles de bain, éviers et vasques massives en ardoise, et exploite pour cela les propriétés géologiques et climatiques du territoire. En effet, afin de s’assurer qu’ils ne présentent aucune faille, les blocs d’ardoise extraits des carrières doivent être arrosés aux fortes gelées pendant trois ans.

Les Ardoisiers s’appuient également sur une technique de production particulière, liée quant à elle à la nature du matériau, qu’ils sont les seuls à maîtriser en France. Contrairement aux roches cristallines comme le grès, le granit et le calcaire, l’ardoise est considérée comme une roche « schisteuse » – en raison de son aspect feuilleté – que l’on va non pas tailler mais cliver, c’est-à-dire travailler sur des surfaces planes. C’est la raison pour laquelle il existe très peu de sculptures en ardoise.

Non poreuse, résistante à la chaleur et à l’acide, l’ardoise est également facile d’entretien grâce au traitement anti-tâches développé par l’atelier, à base d’huiles dures et de cires 100 % biologiques – les solvants ont été remplacés par des distillats d’orange – qui lutte contre les traces blanches pouvant se former dans les salles de bain, au contact d’une eau anormalement riche en calcaire. Autant de qualités qui donnent envie, à l’image de Benoit Delmé, de se laisser séduire par cette roche pas comme les autres.

Les Ardoisiers participent au projet Made in Town / Montagne Noire présenté du 21 octobre 2015 au 13 février 2016 à Paris chez Made in Town.

www.les-ardoisiers.com

> Retour en haut de page
Jean-Philippe Trapp

Jean-Philippe Trapp

Made in Metz. Diplômé de l’Institut de commerce de Nancy, où il a suivi une formation pluridisciplinaire en management centrée sur l’industrie du luxe, il amorce dans son mémoire de fin d’études une réflexion sur le rôle joué par l’artisanat dans ce secteur et les possibilités qu’offre ce dernier pour imaginer de nouveaux modèles de production. Il découvre toute la richesse du patrimoine français au cours d’une mission à l’Institut national des métiers d’art et souhaite à présent valoriser auprès du public les savoir-faire locaux – originaires d’Europe ou du monde entier – ainsi que les pratiques culturelles qui en découlent, au travers de projets variés, principalement dans les domaines de la mode, du design et de l’art.

Plus d'articles

L'Aubusson Sur le fil de l'histoire

L'Aubusson
Sur le fil de l'histoire

Objets

L’Aubusson appartient au renouveau créatif de la coutellerie et se taille une place originale parmi les jeunes entreprises qui s’inscrivent dans la continuité et le respect du patrimoine local français. Les collections de couteaux de poche de la marque sont avant tout l’expression d’une rencontre entre deux savoir-faire : l’art de la tapisserie et le travail de forge, artisanats respectivement pratiqués par les deux fondateurs de L’Aubusson : Marie-Armelle et David Baldensperger.

Se donner du travail Juliette Roche
3 au 8 juin 2013

Se donner du travail
Juliette Roche

Arts

Se donner du travail est la réédition d’une performance réalisée par Juliette Roche l’an dernier à la Glasgow School of Art : To give oneself work. Pendant plusieurs jours, du matin au soir, l’artiste parisienne, née en 1987, occupe un espace accessible au public, aménagé comme un atelier. Elle y travaille autour du bois, divers types de matériaux en vue d’un accrochage final qui, dans le même lieu, vient conclure la performance.

Aubusson La Cité de la tapisserie

Aubusson
La Cité de la tapisserie
[Made in Town TV]

Arts

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la tapisserie d’Aubusson, chef-lieu du département de la Creuse, Made in Town a réalisé une série de trois vidéos-documentaires, à la demande de la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé, en partenariat avec l’Institut français de la mode et avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.