15 déc. 2015

De la géologie au design

Fabien Cluzel
De la géologie au design

Crédit photo : Mapp'Rando

C’est un fait méconnu : géologues et géographes se divisent sur le périmètre exact de la Montagne noire. Pour les premiers, elle pousse à l’ouest et au nord pour tutoyer Castres et embrasser les Monts de Lacaune et le Sidobre. Pour les seconds, elle se limite au périmètre culturel et touristique qu’on lui associe traditionnellement.

Pourtant, d’un strict point de vue géologique, la Montagne noire est bel et bien la pointe méridionale du gigantesque plateau du Massif central, qui pousse en Languedoc ses derniers contreforts. C’est cette pointe qui, sous l’effet de la formation des Pyrénées et du rapprochement de la plaque ibérique, s’est plissée à la fin de l’Éocène, il y a une trentaine de millions d’années.

Comme celle de Thomas Mann, cette montagne est magique. Rares sont en effet les massifs riches d’autant de facettes et de climats. Il n’y a pourtant là aucun prodige, mais un agencement naturel en trois vastes zones associées à deux versants : l’un côté nord-ouest (Monts du Sorézois et de Lacaune), l’autre au sud-est (Monts du Pardailhan, de Cabrières, de Faugères et du Minervois), et, enfin, entre les deux, une zone sèchement qualifiée d’axiale (massifs d’Anglès, du Lampy-Martys, Monts de Saint-Gervais et le point culminant de la Montagne noire, le fameux Pic de Nore).

Panorama sur la Montagne noire

C’est dans cet ensemble complexe que le temps et les convulsions du manteau de la Terre ont formé les tissus minéraux qui nous protègent des fureurs de son ventre volcanique : granit, ardoise, marbre, schiste, grès, calcaire, mais aussi quartzite et feldspath, ainsi que de précieux minerais aujourd’hui épuisés. La dernière mine d’or de France s’est ainsi éteinte à Salsigne dans l’Aude il y a une dizaine d’années. La montagne prodigua aussi pendant des siècles de l’argent, du cuivre et de l’arsenic. Les Romains en tiraient également du fer et du plomb.

C’est de ce subtil vernis minéral que des hommes, refusant de se résigner à l’oubli des savoir-faire, continuent aujourd’hui de prélever les matières premières dont ils font des richesses.

> Retour en haut de page
Fabien Cluzel

Fabien Cluzel

Longtemps journaliste spécialisé dans l’éducation et la culture, il s’est tourné vers la communication pour le compte d’institutions (universités, collectivités locales) et d’entreprises. Passé par Sciences Po, il s’intéresse aux problématiques d’attractivité des territoires souffrant du tropisme des grandes métropoles régionales, notamment auprès des jeunes en formation. Il est associé-fondateur de Mapp’Rando, site de valorisation de parcours de randonnée. Il est par ailleurs auteur chez Privat d’un essai critique sur l’histoire de l’Église catholique.

Plus d'articles

Cité internationale de la tapisserie

Cité internationale de la tapisserie

Arts

Edifiée pour répondre à l’inscription en 2009 de la tapisserie d’Aubusson au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO, la Cité internationale de la tapisserie a pour mission de conserver, enrichir et mettre en valeur ce savoir-faire précieux. Sur la base d’un projet à la fois culturel et scientifique, elle constitue une collection de référence qui reprend cinq siècles et demi de production en Aubusson.

When in Rome, Do as Romans Do
31 janv. au 23 févr. 2013

When in Rome,
Do as Romans Do

Vêtements

Dans le cadre de l’ouverture de son atelier, Made in Town propose, pour la première fois à Paris, l’exposition When in Rome, Do as Romans Do. Ce projet, initialement développé en 2009 par le designer de mode Pascal Gautrand, à l’occasion d’une résidence à la Villa Médicis, prend pour prétexte la chemise d’homme pour montrer la richesse de l’artisanat et la multiplicité de la fabrication locale incarnées par les tailleurs de vêtements sur mesure.

Aubusson La Cité de la tapisserie

Aubusson
La Cité de la tapisserie
[Made in Town TV]

Arts

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la tapisserie d’Aubusson, chef-lieu du département de la Creuse, Made in Town a réalisé une série de trois vidéos-documentaires, à la demande de la Cité internationale de la tapisserie et de l’art tissé, en partenariat avec l’Institut français de la mode et avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès.