19 juin 2016

Adrien Leroux
L'ébénisterie au service
de la création contemporaine

Hélène Schmitt
Adrien Leroux L'ébénisterie au service de la création contemporaine

Portrait d'Adrien Leroux. Crédit photo : Design for Peace.

Adrien Leroux, né en 1992, est un ébéniste et designer français. Il a été formé aux techniques traditionnelles de l'ébénisterie qu'il met désormais au service de la création contemporaine. Adrien est l’un des six designers qui ont participé à la résidence Design for Peace au Burkina Faso. Pour Made in Town, il revient sur son expérience.

« L’occasion de quitter notre univers occidental pour apprendre d’autres visions du monde est une opportunité que j’ai saisie. »
– Adrien Leroux

Adrien intègre l'Ecole Boulle à Paris à la suite d'une formation en ébénisterie à Caen, chef-lieu de la Normandie. Cette année de post-diplôme lui laisse le temps d'envisager de nouvelles manières de travailler, notamment en milieu associatif. Il réalise ainsi un stage auprès du collectif Prémices qui organise les Ateliers Chutes Libres, des événements ouverts à tous qui offrent la possibilité de créer son mobilier personnalisé à partir de chutes de bois. Ebéniste de formation, Adrien ne souhaite pas être cantonné au simple statut de créateur de meuble. « C'est plus une manière de penser et travailler, car j'aime autant concevoir des meubles que des bijoux ou de la bagagerie. »

Découpe de calebasses pour les pièces du panier Agasho Sadje. Crédit photo : Design for Peace.

Hélène Schmitt : Quelles ont été vos motivations pour participer au projet Design for Peace ?

Adrien Leroux : Ma première motivation était le voyage. Je n’ai jamais eu l’occasion, ni vraiment pris le temps de voyager, mis à part quelques échanges scolaires. Dans mon esprit, le voyage était devenu une sorte de fantasme inaccessible, alors quand j’ai vu l'appel à candidatures de Design for Peace, je n’ai pas vraiment réfléchi, j’ai tenté.

Cette expérience de partage de savoir-faire avec d’autres cultures m’a tout de suite encouragé. J’ai toujours aimé travailler en équipe, cela permet d’additionner les techniques et de faire de meilleurs choix. Et je pressentais l'énorme potentiel créatif de ce voyage au Burkina Faso.

Réalisation d'un des prototypes du sac Agasho Sadje. Crédit photo : Design for Peace.

HS : Quelles ont été les étapes de réalisation de vos objets ?

AL : L’idée du maillage de calebasse est apparue dès les premiers travaux en collaboration avec les Touaregs. J’ai commencé à découper mes calebasses un peu à l’écart, car je voulais tester par moi-même avant de proposer cette technique. Puis, voyant le résultat du maillage, Abdoulaye est venu m’aider à découper les pièces. Nous avons travaillé ensemble sur la réalisation du sac Agasho Sadje.

La réalisation des bijoux s'est déroulée de manière assez similaire. L’idée de base de la marqueterie de rônier a émergé très tôt, puis j’ai expérimenté la technique et recherché des motifs en travaillant avec Abdoulaye et Youssouf. Une fois ce travail de recherche accompli, les modèles des bijoux sont apparus presque spontanément. Il nous a suffit de choisir trois motifs qui composeraient un ensemble cohérent parmi tous les motifs réalisés.

Bebe qui réalise un travail très précis sur les bijoux de la gamme Ibaski (marqueterie de rônier naturel et teint sur base de bronze). Crédit photo : Design for Peace.

HS : Que retenez-vous de votre expérience au Burkina Faso ?

AL : J’espère tout retenir de ce séjour. D'abord, l’expérience humaine avec l’équipe Design for Peace, les Touaregs et nos amis burkinabés. Nous avons tissé des liens très fort en peu de temps.

Sur l'aspect créatif, j’ai eu le plaisir de constater que le manque de moyens matériels, les conditions de travail exotiques et assez peu favorables, en d'autres termes le manque de confort, enrichissent profondément la créativité.

Enfin, je retiens le plaisir énorme du voyage qui nous ouvre une vision élargie du monde, et la découverte du fait que mon savoir-faire artisanal peut se transposer ailleurs dans le monde.

Prototype du panier Agasho Sadje. Crédit photo : Design for Peace.

En 2016, Made in Town accueille le projet Design for Peace, restitution de la résidence organisée à Ouagadougou par Afrika Tiss sous l'impulsion de l’UNHCR, qui a vu six jeunes designers français collaborer avec dix-sept artisans touaregs pour donner naissance à une première collection d'objets de décoration et d'accessoires de mode.

www.adrienleroux.com

> Retour en haut de page
Hélène Schmitt

Hélène Schmitt

Made in Saint-Dié-des-Vosges. Diplômée en droit, elle s’est tournée vers les métiers du luxe grâce au diplôme MSc Luxe et Design Management à l’Institut de commerce de Nancy. Passionnée par les savoir-faire depuis son enfance, elle a eu la chance d’être élevée au cœur de deux domaines chers à la Lorraine et à la France : la confection et la boulangerie, dont elle a découvert les techniques de fabrication. Elle a appris les valeurs de l’artisanat, qui sont pour elle le respect des matières premières, la perfection des produits ainsi que la proximité avec les artisans, industriels et designers. Curieuse de nature, elle souhaite s’investir dans la valorisation des savoir-faire, cultures et coutumes en France et dans le monde, et partager avec le public les découvertes de fabrication qui y sont attachées.

Plus d'articles

Atelier du Mouscaillou Se mettre au vert

Atelier du Mouscaillou
Se mettre au vert

Objets

Bordée par le ruisseau du même nom, la vaste propriété aménagée par Eric et Marina Alexandre accueille en toute intimité les visiteurs en quête d’une expérience authentique, à la croisée de l’artisanat et du tourisme.

Regards sur le sommeil La nuit porte conseil
19 oct. 2015

Regards sur le sommeil
La nuit porte conseil

Arts

Traitant le plus souvent de travail, Made in town s’offre un repos bien mérité avec l’accueil des deux historiennes de l’art, Véronique Dalmasso et Stéphanie Jamet-Chavigny, auteurs de cet ouvrage, paru aux éditions Le Manuscrit. Comme le précise le préambule, « regarder, c’est ouvrir les yeux, tandis que le sommeil les clôt ». Dormir n’est pourtant pas toujours la meilleure manière d’être improductif.

Régis Protière Designer et architecte d'intérieur

Régis Protière
Designer et architecte d'intérieur
[Made in Town TV]

Objets

Face à la caméra, le designer et architecte d’intérieur français Régis Protière, explique son rapport à la matière et à la technique – à toutes les techniques – qu’il met au service de l’air du temps, cet éphémère auquel il tient tant. Rencontre entre savoir-faire et création.