8 juin 2016

Design for Peace
Le répertoire des gestes

Pascal Gautrand
Design for Peace Le répertoire des gestes

Crédit photo : Cathy Amouroux pour Design for Peace

Au regard de la globalisation et du nombre infini des propositions dans les champs de la mode et du design, redonner du sens aux objets que l’on produit ou que l’on consomme est désormais incontournable pour garantir le succès face à la concurrence internationale.

Sur un marché saturé d’offres où chaque produit est plus beau et plus fonctionnel que son prochain, la fonction et l’esthétique ont certes toujours leur importance, mais ne suffisent plus à justifier la fabrication de nouveaux artéfacts. Le sens et l’éthique de l’objet, en lien direct avec la traçabilité de son origine et les valeurs de son système de production, sont désormais des composantes primordiales. C’est dans cet état d’esprit que les six jeunes designers en résidence pendant sept semaines au Burkina Faso, en collaboration avec dix-sept artisans touaregs d’origine malienne, ont conçu la première collection de produits Design for Peace.

Ouagadougou, Burkina Faso. Crédit photo : Design for Peace.

Si l’on associe souvent le caractère particulier de l’artisanat local aux richesses matérielles d’un territoire – matériaux disponibles sur place, espèces animales ou végétales endémiques ou savoir-faire transmis de génération en génération – chaque région est également empreinte d’une culture et de pratiques locales immatérielles qui sont un creuset propice à la création, à l’inventivité et à l’activité productive. Ainsi, le langage, l’histoire, les arts, les croyances, contribuent tout autant que les matières premières ou le design à l’émergence de nouvelles techniques et à la conception de nouveaux produits.

Calebasses, Ouagadougou, Burkina Faso. Crédit photo : Design for Peace.

En choisissant les « objets de la transhumance » issus du quotidien nomade des artisans touaregs comme point de départ de la réflexion, Design for Peace pointe sur les particularités à la fois matérielles et immatérielles que peut offrir l’Afrique sub-saharienne et positionne la fabrication comme un pan de la culture et un vecteur d’expression à part entière. Avec l’hybridation culturelle comme moteur d’innovation et de développement économique, Design for Peace établit un pont entre Paris et Ouagadougou, et démontre qu’au contact de l’énergie et de l’apport de deux cultures lointaines, il est possible de faire rayonner l’expression de l’artisanat local.

Crédit photo : Design for Peace

Design for Peace ne se limite pas seulement à proposer une collection de produits mais s’attache aussi, grâce au caractère universel du savoir-faire, à définir un champ de possibles. Les techniques locales, telles que le travail du cuir gainé, le tressage de rônier ou le détournement de la calebasse, se transfèrent vers de nouveaux usages et font naître de nouvelles typologies d’objets. Du design textile au design de mobilier, en passant par la conception d’objets ou d’accessoires, la collection Transhumance déborde le cadre habituel des marchés et démultiplie les débouchés pour les artisans locaux dans les domaines du textile, de la mode ou de la décoration.

Ouagadougou, Burkina Faso. Crédit photo : Design for Peace.

Au-delà de l’invention de ces nouveaux objets, ce programme de résidence met également en place un système de recherche et d’échantillonnage des savoir-faire dans l’optique d’établir et de donner corps au dialogue entre les techniques et la création. Ici, la collaboration entre les artisans et les designers consiste avant tout à inventer des gestes, des pratiques, des manières de faire, une infinité de textures et de finitions qui constituent un répertoire ouvert et permettent d’établir une cartographie des possibles, véritable invitation à de futurs projets.

Crédit photo : Design for Peace

designforpeace.org 

> Retour en haut de page
Pascal Gautrand

Pascal Gautrand

Made in Mazamet. Fondateur de Made in Town, consultant et enseignant, il est diplômé de l’Institut français de la mode et ancien pensionnaire de la section design de mode de la Villa Médicis à Rome. Il développe une réflexion, principalement dans le champ de la mode, autour de la culture de la fabrication. Sa démarche, tournée vers la valorisation des savoir-faire, s'exprime au travers de l'écriture, de la vidéo et du stylisme. En tant que consultant, il collabore notamment avec Première Vision à l'organisation de Maison d’Exceptions : l'espace dédié aux savoir-faire textiles au sein du salon parisien et le magazine en ligne éponyme dont il est rédacteur en chef.

Plus d'articles

Atelier[jes] De l'expérience au design

Atelier[jes]
De l'expérience au design

Objets

Atelier[jes] est l’association créative de Johan Brunel et Samuel Misslen. Depuis 1998, ils collaborent pour réaliser une vaste gamme de projets : objets industriels ou artistiques, scénographie pédagogique, design d’espaces ou architectures. À l’occasion d’Inventaire, Made in Town s’entretient avec Johan et Samuel pour éclairer leur point de vue sur la pratique de leur métier de designers.

Gestes dépliés Anahide Saint André
26 sept. au 19 oct. 2013

Gestes dépliés
Anahide Saint André

Vêtements

À l’occasion de la semaine de la mode à Paris, Made in Town accueille Anahide Saint André autour de la présentation d’une série limitée de robes qui mettent en avant la combinaison des gestes et des savoir-faire des ateliers Confection de Sully et Plissés de France.

Verrerie La Rochère La Magie du verre

Verrerie La Rochère
La Magie du verre
[Made in Town TV]

Arts

Afin de promouvoir le savoir-faire et les particularités de la verrerie La Rochère, installée à Passavant-la-Rochère dans le département français de la Haute-Saône, Made in Town a réalisé une série de quatre vidéos tournées au cœur des ateliers de la société.