17 nov. 2017

L'Atelier du Relieur
la fibre artistique

Mathilde Clément
L'Atelier du Relieur, la fibre artistique, Made in Town

Situé au centre de Genève, l’Atelier du Relieur prend en charge depuis 2009 tout type de travaux concernant la reliure, le cartonnage, la dorure, ou la restauration d’ouvrages pour le compte de clients publics et privés.

La reliure requiert un savoir-faire ancestral aujourd’hui intact, considéré déjà comme un art à l’époque des Romains, que l’équipe d’artisans de L'Atelier du Relieur s’applique à faire perdurer.

À l’âge de 15 ans, Benjamin Carrat se découvre un intérêt particulier pour la conception d’un livre et des matières qui le composent. Diplômé en 2008 de l’Eracom, une école à Lausanne qui regroupe les apprentis relieurs de toute la Suisse romande, il acquiert l’atelier peu de temps plus tard. Dans un esprit de sauvegarde des ouvrages et du patrimoine, l’objectif principal est que la conservation des oeuvres soit optimale. « Nous réalisons également des boîtes de conservation qui sont essentielles pour stopper certaines dégradations faites par les insectes, la poussière… »

Les techniques de reliure n’ont pas connu d’évolutions particulières depuis le 19ème siècle et les outils sont restés inchangés, bien que chaque artisan possède ses petits secrets de fabrication. « (...) la reliure à la française est la première technique qui a évolué en reliure bradel suite à un épuisement des matières premières de l’époque. La différence entre les deux techniques est que la reliure à la française est fabriquée et montée directement sur son corps d'ouvrage (les pages), alors que la reliure bradel se fait en deux parties, le corps d'ouvrage d'un côté puis la couverture de l’autre, qui sont ensuite emboîtées ensemble. »

« Traditionnellement, les relieurs sont également des doreurs. La technique de la dorure – marquage du titre en or sur la couverture – est simple : il s’agit de recomposer le mot à l'envers, lettres par lettres, dans un composteur qui est chauffé à 120 degrés. Puis il faut appliquer le composteur sur la couverture avec de l'or. »

Les fibres qui composent les matières requièrent une attention toute particulière. « Celles-ci doivent être systématiquement parallèles au dos du livre pour une meilleure ouverture à la lecture et éviter les tensions qui entraînent les déchirures. »

Toutes les matières premières utilisées par l’atelier – le papier, le carton, la colle, la toile, le cuir et le parchemin – proviennent de Suisse, car « le Made in Suisse et très important pour nous ». Certaines d'entre elles ont des propriétés atypiques pour la reliure et sont sélectionnées avec attention en fonction de leurs qualités intrinsèques.

atelier-du-relieur-geneve.ch

> Retour en haut de page
Mathilde Clément

Mathilde Clément

Made in Clamart. Passionnée par l’histoire des arts, Mathilde s’épanouit au contact des milieux créatifs avec une affinité toute particulière pour les univers de la conception textile et du design. Elle met sa plume au service de la valorisation des gestes et des matériaux afin de mettre en lumière auprès du grand public le sens et les pratiques d’artisans et de créateurs de tout horizon.

Plus d'articles

L'art de faire

L’art de faire

Arts

La fabrication est un art. Les notions d’art et de savoir-faire ont longtemps été confondues. Il faut attendre le début du 20ème siècle pour que s'opère la distinction entre ces deux termes. Pourtant, bon nombre de pratiques artistiques contemporaines questionnent aujourd'hui cette fracture et remettent à l'honneur artisanat et savoir-faire.

De Bonne Facture Automne-Hiver 2012-2013
16 au 26 janv. 2013

De Bonne Facture
Automne-Hiver 2012-2013

Vêtements

Made in Town accueille De Bonne Facture pour la présentation dʼune série de modèles qui mettent en lumière les savoir-faire dʼartisans et de façonniers français qui les ont réalisés.

Régis Protière Designer et architecte d'intérieur

Régis Protière
Designer et architecte d'intérieur
[Made in Town TV]

Objets

Face à la caméra, le designer et architecte d’intérieur français Régis Protière, explique son rapport à la matière et à la technique – à toutes les techniques – qu’il met au service de l’air du temps, cet éphémère auquel il tient tant. Rencontre entre savoir-faire et création.